Projet ADIM - MSDAVENIR

À propos des cookies

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour personnaliser les contenus,
vous proposer des publicités ciblées en fonction de vos centres d’intérêt et réaliser des statistiques de visites.

Continuer

Projet ADIM

L’ADIPOSITÉ MÉDULLAIRE : UN NOUVEAU TISSU

 

 

Avec le soutien de MSDAVENIR et la réalisation du projet ADIM, nous espérons ouvrir des perspectives novatrices dans la prise en charge du vieillissement ostéoarticulaire en général et dans l’ostéoporose post-ménopausique en particulier. Plus largement, la mise en évidence des propriétés locales et générales de ce nouveau tissu adipeux, devrait conduire à une meilleure compréhension des mécanismes physiopathologiques au cours d’autres maladies métaboliques comme le diabète et l’obésité et permettre d’ouvrir de nouvelles approches thérapeutiques.

Pr PACCOU Julien
Coordinateur du projet ADIM

 


 

 

ADIMOS

Pr Julien PACCOU

 

CONTEXTE

L’ostéoporose post-ménopausique est un véritable problème de santé publique. Après 50 ans, une femme sur deux présentera une fracture ostéoporotique. Actuellement, un T-score ≤ -2,5 permet de retenir le diagnostic d’une ostéoporose densitométrique. Malheureusement, l’outil principal dont nous disposons manque de sensibilité. En effet, la moitié des femmes ménopausées qui auront une fracture ostéoporotique ont un T-score supérieur au seuil diagnostic (≤ -2,5). Il est donc nécessaire de développer de nouveaux outils pour améliorer la détection des patientes ménopausées à risque de fracture. Nous pensons que l’utilisation d’un outil non-invasif, non-irradiant et facilement accessible est indispensable. L’imagerie par résonance magnétique (IRM, séquence DIXON) représente la technique de choix et elle permet l’évaluation de l’Adiposité Médullaire (Ad Méd.) qui a un rôle fondamental dans le microenvironnement osseux et un lien inverse avec les valeurs densitométriques chez les femmes ménopausées. Malheureusement, nous ne disposons que de données limitées concernant l’association entre l’Ad Méd. et les fractures ostéoporotiques.

 

OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

Nous proposons de conduire une étude cas-témoins ayant pour but d’évaluer l’association entre l’Ad Méd. et les fractures incidentes ostéoporotiques chez des femmes ménopausées en comparant le niveau d’Ad Méd. de patientes avec au moins une fracture (cas) à un groupe de patientes sans fracture (témoins).

 

RÉSULTATS ATTENDUS & PERSPECTIVES

Déterminer le lien entre l’Ad Méd. et les fractures incidentes ostéoporotiques est essentiel et cela devrait permettre de développer un nouvel outil (IRM, séquence DIXON) capable d’améliorer l’évaluation du risque fracturaire chez les femmes ménopausées. L’étape suivante sera de réaliser une étude prospective pour démontrer que l’évaluation de l’Ad Méd permet de détecter initialement les femmes ménopausées qui vont fracturer au cours du suivi.

 

SOUTIEN DE MSDAVENIR SUR 2 ANS

 


 

 

ADIMetabone

Dr Stéphanie LUCAS

 

CONTEXTE

Les adipocytes de la moelle osseuse deviennent une composante essentielle dans la physiopathologie des maladies osseuses. Leur quantité est bien corrélée à la perte osseuse dans l’ostéoporose. Ces adipocytes sécrètent des facteurs pouvant stimuler la résorption osseuse par les ostéoclastes et réduire la formation osseuse par les ostéoblastes. Toutefois, ces activités varient selon les conditions physiopathologiques et l’âge. Or l’obésité et le diabète de type 2 s’accompagnent de répercussions osseuses (risque fracturaire) et ostéoarticulaires (arthrose) désormais préoccupantes considérant la prévalence croissante de ces pathologies métaboliques dans nos sociétés vieillissantes.

Un intérêt marqué pour l’implication des adipocytes médullaires émerge mais les mécanismes (activités ? facteurs de régulation ?) par lesquels ces cellules altèrent la qualité osseuse ne sont toujours pas définis. Nos premières études nous conduisent à nous intéresser plus particulièrement à la production d’inhibiteurs de la voie Wnt et au remodelage de la matrice extracellulaire (MEC) par les adipocytes médullaires.

 

OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

  • Définir si des facteurs métaboliques communs aux maladies métaboliques et au vieillissement tels que l’hyperglycémie et le stress oxydant régulent les activités sécrétrices des adipocytes médullaires.
  • Etudier plus spécifiquement l’impact de la MEC produite par des adipocytes médullaires en condition hyperglycémique sur les mécanismes cellulaires de l’ostéogenèse et définir in vitro et dans nos modèles murins les composants moléculaires adipocytaires impliqués.
  • Valider ces données dans un contexte clinique à partir d’échantillons d’adipocytes médullaires fémoraux obtenus lors de la pose de prothèse chez des patientes ménopausées avec gonarthrose et bénéficiant d’une caractérisation supplémentaire sur le plan métabolique.

 

RÉSULTATS ATTENDUS & PERSPECTIVES

En définissant si les activités des adipocytes médullaires sont régulées par facteurs métaboliques, ce projet translationnel permettra l’élaboration de nouvelles stratégies de prise en charge des pathologies osseuses et ostéo-articulaires. Par ailleurs, l’accès à des échantillons physiopathologiques reste encore limité et le projet clinique positionnera nos structures comme partenaires d’excellence dans la mise en place d’une banque européenne d’adipocytes médullaires isolés de patients.

 

SOUTIEN DE MSDAVENIR SUR 3 ANS

 


 

 

LIPIDOs

Dr Alexandrine DURING

 

CONTEXTE

L’ostéoporose (OP) est une maladie silencieuse, liée à l’âge et caractérisée par l’altération progressive de la microarchitecture et masse osseuse, résultant en une augmentation de la fragilité osseuse et du risque de fractures. L’OP affecte davantage les femmes (après la ménopause) que les hommes.

En 2010, seulement 5 % des coûts ont été utilisés pour des actions préventives contre l’OP. Il est donc important d’identifier de nouvelles stratégies (comme identifier des marqueurs biologiques) en vue de dépister tôt cette maladie l’OP bien avant que n’apparaissent les fractures ; le stade ultime de l’OP.

A ce jour, il est difficile de trouver un événement biologique dans lequel les lipides ne jouent pas un rôle important, voire majeur, en tant que molécules de structure, de signalisation et/ou de régulation. Ainsi, il est clair que les lipides participent à la physiologie du squelette et sont notamment impliqués dans le processus de minéralisation.

Dans les deux conditions (vieillissement et OP), il existe une relation inverse entre la masse osseuse et l’adiposité médullaire. Notre hypothèse de travail est qu’une perturbation d’une ou plusieurs voie(s) métabolique(s) associée(s) aux lipides serait à l’origine de la perte osseuse liée à l’âge et l’OP.

 

OBJECTIFS DE LA RECHERCHE

Le but de ce travail va donc être d’étudier l’implication de la composante lipidique locale dans la perte osseuse associée au vieillissement et au cours de la physiopathologie de l’OP induite par ovariectomie chez la ratte, avec pour buts :

  • De corréler des perturbations lipidiques avec des modifications de paramètres de la microarchitecture osseuse,
  • D’explorer la contribution des adipocytes médullaires et des ostéocytes en termes de fonctionnalité, viabilité et expression génique et en relation avec le métabolisme lipidique intra-osseux.

 

RÉSULTATS ATTENDUS & PERSPECTIVES

Les résultats escomptés devraient permettre de mieux comprendre le rôle des lipides dans la physiopathologie de la perte osseuse liée à l’âge et au cours de l’OP liée à la ménopause, d’identifier de nouveaux biomarqueurs du statut lipidique osseux avec une valeur discriminante élevée pour l’OP et, enfin, d’appréhender si l’OP est une condition pathologique exacerbée du processus du vieillissement ou bien implique d’autres mécanismes.

 

SOUTIEN DE MSDAVENIR SUR 2 ANS

Les autres programmes que nous soutenons